cftc plougastel en grève

Image 1

Une cinquantaine de membres du personnel de la maison de retraite a débrayé, hier, à l'appel de la CFTC, qui milite pour une meilleure répartition des horaires de travail. Le mouvement doit se poursuivre aujourd'hui.

Hier, entre 12 h et 13 h, une cinquantaine de membres du personnel de la maison de retraite Saint-Thomas-de-Villeneuve se sont réunis devant l'établissement, répondant ainsi à l'appel au débrayage lancé par la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens). Ce mouvement se poursuivra aujourd'hui, ainsi que vendredi et samedi prochains, si aucun accord avec la direction n'est trouvé d'ici là.

70 % du personnel concerné


Ces cessations concertées du travail concernent aussi bien le personnel infirmier que les aides-soignants et les agents, soit 70 % du personnel de l'établissement. Albane Bozec, déléguée syndicale CFTC, explique réclamer « une équité horaire dans les roulements du personnel ». En se référant à un courrier que les représentants syndicaux avaient adressé à la direction, le 29 mars, la déléguée précise : « En effet, au niveau des aides-soignants, le personnel à temps partiel, majoritairement choisi, revient autant que les salariés à temps plein dans les locaux. Un planning plus équitable avait été proposé mais refusé par la direction. De même, en ce qui concerne le personnel infirmier, afin de s'organiser au mieux, il est demandé de terminer les vacations à 11 h 30 et non à midi, comme actuellement ». Les infirmiers et aides-soignants ne sont pas les seuls à se mobiliser. Les coupes que subissent la plupart des agents sont également en cause. « Leur diminution est demandée, conformément aux accords de groupe.
Par ailleurs, depuis l'ouverture du nouveau bâtiment, les agents qui y sont affectés ne participent plus à la toilette des résidents, augmentant la charge de travail de leurs collègues, souci qui pourrait se résoudre par la création de postes supplémentaires », peut-on lire encore sur la lettre en question. Enfin, c'est une trame de roulement annuel qui est souhaitée pour tous, « non déficitaire et au plus proche de zéro ». « Dans la pratique, le personnel à temps plein doit effectuer 270 heures de travail en huit semaines. Hors, si du fait d'une coupe, par exemple, une heure vient à manquer, la personne peut être rappelée n'importe quand pour combler ce planning », expliquent les représentants syndicaux.

Des propositions jugées insuffisantes


Ces derniers ont rencontré les membres de la direction, hier, en fin d'après-midi, afin de présenter leur revendication de vive voix, le courrier envoyé le 29 mars étant resté jusque-là sans réponse. À l'issue de cette rencontre, il a été décidé de poursuivre le mouvement et de débrayer comme prévu aujourd'hui. « Les propositions de la direction s'adressent seulement aux aides-soignants, avec un essai dans un service uniquement, la durée de cet essai n'étant pas précisée », regrette Albane Bozec. Elle reconnaît que la situation des agents est plus délicate à gérer, même si la réponse de la direction quant à des réajustements lui semble « vague » et « n'induit pas de limite temporelle ». En revanche, le planning proposé pour les infirmiers est resté sans réponse et aucune contre-proposition n'a été faite.
 

source:
http://www.letelegramme.fr/finistere/plougastel-daoulas/debrayage-a-l-ehpad-le-personnel-se-mobilise-08-04-2017-11467397.php

 

grève plougastel ehpad

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire