CH de Cambrai : la CFTC dépose un préavis de grève pour la semaine prochaine

Leur distribution de tracts lors de la cérémonie de vœux de l’hôpital était un prémice. La grève est la suite logique. Les élus CFTC de l’établissement dénoncent la suppression du système de pointage pour les agents.


VDNPQR

« Nous avons déposé un préavis pour une grève de mardi à 20 heures à jeudi 8 heures », annonce Hélène Mika, secrétaire adjointe de la section santé de la CFTC. « Nous serons là toute la journée de mercredi pour informer les agents. Nous ne voulons pas faire dans l’opposition, nous demandons juste à nous asseoir autour d’une table pour discuter. » Le dialogue n’a pas avancé d’un poil entre le syndicat (non majoritaire dans l’établissement) et la direction depuis que cette dernière a supprimé, « sans concertation » affirme le syndicat, le système de pointage pour les agents de l’établissement le premier janvier dernier. Les heures supplémentaires sont en théorie comptabilisées sur feuilles et rentrées par les cadres dans le logiciel de gestion du temps de travail. « Mais les cadres nous reportent des problèmes de saisie. Avant, la pointeuse envoyait les informations directement dans le logiciel. Aujourd’hui, les cadres le font manuellement et il y a des problèmes techniques qui prennent beaucoup de temps. » Une manière de faire qui, selon la CFTC, poussera les agents à ne pas remplir ce formulaire pour un quart d’heure de travail en plus. « Mais mis bout à bout sur une année, ça peut faire beaucoup », avance Hélène Mika. Le problème, c’est que l’UNSA, majoritaire, ne suit pas l’appel pour le moment. Ses élus ont été reçus par la direction en début de semaine. « Nous sommes déjà rassurés sur le fait que les droits des agents seront repris dans le nouveau logiciel », détaille Michel Szypura, délégué UNSA. L’ancien support informatique, obsolète et dangereux pour la bonne comptabilisation des heures sup’, avait fait l’objet de critiques de la part de l’UNSA. Son remplaçant sera plus sûr et devrait arriver dans les prochains mois.

Sur la suppression du badgeage, Michel Szypura affirme qu’il aurait souhaité son maintien. « Le badge restait la garantie de la reconnaissance du travail des agents. » Si « la manière de faire (de la direction) est contestable », il ne compte pas pour l’instant se joindre à la CFTC dans son appel à l’arrêt du travail.

Quant au directeur, Philippe Legros, ses positions restent inchangées. « Il n’y aura plus de pointeuse, la décision est maintenue », affirme-t-il. « Nous sommes dans l’aire de la confiance mutuelle avec les agents. » Pas inquiété par ce débrayage annoncé, le directeur affirme que les agents de son établissement travaillent normalement, et que les heures supplémentaires sont normalement comptabilisées.

cftc grève Cambrais

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire