ALSTOM : LE GOUVERNEMENT DOIT OBTENIR DES GARANTIES SÉRIEUSES DU REPRENEUR

Le conseil d'administration d'Alstom s'est réuni mardi 29 avril dans la soirée, afin d'examiner les offres de General Electric (GE) et de Siemens. Il s'est prononcé en faveur de l'offre du groupe américain, qui, dans un communiqué, a révélé s'engager à reprendre les activités énergie d'Alstom pour 12,35 milliards d'euros. Le conseil a demandé qu'une expertise indépendante de cette offre soit effectuée ; elle devra rendre ses conclusions dans un mois. S'ouvre ainsi une période durant laquelle Alstom ne pourra démarcher d'autres acquéreurs, mais pourra examiner toute proposition alternative qui lui sera adressée.

 
Pour la CFTC, le gouvernement doit absolument obtenir des engagements fermes de la part du futur repreneur concernant la pérennité d'Alstom, l'avenir des sites français, la sauvegarde de l'emploi, les investissements, notamment dans la R&D, l'indépendance de l'entreprise qui évolue dans le secteur stratégique de l'énergie... Alstom ne doit pas être pour GE une acquisition de plus dans l'immense Monopoly auquel se livrent trop souvent les multinationales.
 
Une fois ces garanties obtenues, la CFTC estime que le rachat négocié par un investisseur sérieux est préférable à l'abandon pur et simple de l'entreprise aux appétits du marché.
Philippe Louis  
Président confédéral 

alstom

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire