Jean francois vanneste 1

HOMMAGE DE LA CFTC À JEAN-FRANÇOIS VANNESTE

MERCREDI 24 OCTOBRE 2018

Jean-François Vanneste, ancien président de la Fédération des Postes et des Télécommunications, ancien vice-président de la Confédération et ancien président de l’Institut syndical de formation, nous a quittés ce 22 octobre 2018.

Il aura lutté jusqu’au bout contre la maladie en subissant des périodes de grandes souffrances. Mais même dans ces moments-là, sa force de caractère et sa foi lui donnaient la volonté de surmonter cela et de s’inquiéter plus pour les autres que pour lui.

Jean-François était un agent de France Télécom et a connu lors de ses différentes responsabilités à la fédération des Postes et des Télécommunications, la scission des PTT, la privatisation de La Poste et de France Télécom.
Il a démontré ses grandes qualités de négociateur en protégeant au mieux les salariés subissant tous ces bouleversements. Il était craint mais respecté par les dirigeants des entreprises concernées.
Il était toujours respectueux envers ses interlocuteurs mais avec sa franchise et ses dossiers préparés à toutes attaques, il faisait souvent plier ceux-ci.

Jean-François était à chaque fois très affecté lorsque la fédération n’obtenait pas les chiffres escomptés aux élections professionnelles. Il lui arrivait les soirs de mauvais résultats d’arpenter de nuit les Champs-Élysées en cherchant la solution pour rebondir dès le lendemain.

Encourager les militants, détecter de futurs négociateurs CFTC, soutenir les équipes et surtout avoir le courage d’affronter celui qui n’aurait pas respecté la CFTC, c’était aussi ce qu’il savait faire.

Son Alsace, mais surtout Nicole son épouse et Samuel son fils lui manquaient énormément pendant toutes ces années passées à Paris ou à travers la France. Il nous confiait détester cette valise qui représentait tant de trajets loin d’eux.

Mais l’engagement de Jean-François était plus fort que cela et c’est pour cette raison qu’il a accepté, après la présidence de sa fédération, de rejoindre la confédération CFTC.
La confédération savait qu’en faisant appel à lui, elle allait changer « d’ère ».
Il prend en charge la formation syndicale et devient président de l’Institut syndical de formation.
Il relancera les formations sur les valeurs sociales chrétiennes de la CFTC auxquelles il était tant attaché.
Il lancera l’école du syndicalisme pour donner envie aux jeunes de s’impliquer et prendre des responsabilités au sein de la CFTC.
Il est l’auteur d’un livre : La CFTC sans complexe. 30 années de syndicalisme de construction sociale. Un livre essentiel à la compréhension des prises de positions de la CFTC.

Jean-François mènera la campagne prud’homale de 2008.
Il en organisera toute la campagne de A à Z. De la création des affiches, à la distribution sur le terrain, à l’élaboration de la stratégie et ainsi Jean-François amènera la CFTC, avec l’équipe dirigeante, à une belle progression de plus de 2 points pour atteindre le score « record » de 9,61%.

Jean-François a plus donné qu’il n’a reçu et c’est ce qu’il voulait.
Arrivé le 1er le matin, parti le dernier le soir.

Sa retraite arrive, il rejoint enfin Nicole, son Alsace mais sans décrocher de la CFTC.
Lui qui aimait la nature, les grandes balades, il s’installe à Chabottes dans les Alpes.
Avec Nicole, il commencera une autre vie, loin des turpitudes syndicales mais avec un œil dessus quand même. Il n’hésitait pas à passer un coup de fil pour dire avec ses mots que l’on faisait fausse route ou au contraire qu’il était fier de nous.

Chabottes, les montagnes, les grands espaces, les marmottes, ses chiens, sa maison ouverte sur la nature et surtout sur les amis étaient une récompense tellement méritée pour lui et Nicole.
C’est dans ce lieu magnifique haut perché dans la montagne qu’il a reçu en toute simplicité sa distinction d’Officier dans l’Ordre National du Mérite. Distinction hautement méritée.

Il aimait les livres, les bandes dessinées, partager un bon repas avec les amis.
Avec Nicole il donnera du temps à la paroisse, toujours inquiet pour les plus démunis. Il était toujours plus inquiet pour les autres que pour lui.
Quelques temps avant ce grand départ, il confiait : « J’ai fait tout ce que je pouvais sur Terre, le plus sincèrement possible alors je peux partir maintenant ».
Alors même si nous aurions aimé le garder encore un peu plus longtemps, nous devons le laisser partir pour qu’il se repose et continue de veiller sur nous.

Toute la CFTC est en deuil et présente toutes ses sincères condoléances à Nicole son épouse, à Samuel son fils et Sofia sa belle-fille, à Salomé sa petite fille adorée.
Merci à eux d’avoir souvent, trop souvent laissé la CFTC prendre autant de place dans leur vie de famille.

 

source: https://www.cftc.fr/espace-adherent/hommage-de-la-cftc-a-jean-francois-vanneste/

La CFTC sans complexes : 30 années de syndicalisme de construction sociale : 1975-2005

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire