PLAN D'ÉCONOMIE SUR LES DÉPENSES D'ASSURANCE MALADIE UN PLAN ACCEPTABLE, MAIS NON STRUCTUREL

Marisol Tourraine, Ministre de la Santé présente aujourd'hui au Conseil de la CNAMTS son plan d'économie sur les dépenses d'assurance maladie. Signataire du relevé de conclusions du Pacte de responsabilité, la CFTC juge ce plan acceptable, puisqu'il poursuit l'objectif de gains d'efficience, sans remettre en cause la qualité des soins pour les patients.
 
Dans l'esprit de ce Pacte, la CFTC entend être un partenaire responsable de l'adaptation de notre système de santé en privilégiant l'amélioration de la prise en charge pour les patients, la prévention et l'accès aux soins, selon un parcours de soins coordonnés autour du médecin traitant. Elle regrette néanmoins la désarticulation de ce plan triennal avec les ambitions initiales et la vision à long terme qui avaient été portées au moment de la grande concertation pour la Stratégie Nationale de Santé. Le projet de loi de santé ne deviendra pas l'acte refondateur de notre système de santé.
 
Au-delà de ces mesures d'économies, la CFTC estime que des efforts structurels peuvent être fournis. Le véritable sujet, c'est celui de la réorganisation du système de santé : la médecine de premier recours doit enfin jouer son rôle et s'inscrire dans une logique de parcours et de soins coordonnés, au bénéfice du patient. Lorsque la médecine de ville répond à la demande de soins, le système est moins coûteux.La CFTC est donc prête à accompagner le tournant ambulatoire, mais il est impératif de revoir les conventionnements avec les professionnels de santé afin de mieux articuler médecine de ville et hôpital. Pour sa pleine réalisation, il faut également repenser l'organisation des blocs opératoires, réaliser des transferts de personnel vers le médico-social et un fléchage des moyens vers l'organisation des soins primaires.
 
De plus, même si les gisements d'économies pointés par le gouvernement se justifient, la CFTC craint qu'ils arrivent bientôt à épuisement. Par exemple, la part des génériques dans la consommation de médicaments s'essouffle depuis deux ans et la maîtrise des prescriptions nécessite un durcissement des politiques d'incitations.
 
En conclusion, la CFTC espère que le gouvernement parviendra à mettre en œuvre son plan sans toucher à la qualité des soins ni aux investissements privés et publics nécessaires dans le domaine de la santé. Dans l'attente d'une réforme plus structurelle, la CFTC refuserait un retour à la logique de la coupe sombre ou du rabotage (franchises, déremboursements), en cas d'échec de ce plan.

Marisol Tourraine CNAMTS

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire