Fédération CFTC Santé Sociaux

Sage femme cftc

SAGES-FEMMES: DU NOUVEAU POUR LA PROFESSION

La Fédération CFTC Santé Sociaux félicite les responsables des organisations professionnelles sages-femmes pour le résultat des négociations concernant la profession. 
Ainsi, un avenant important à la convention des sages-femmes libérales a été signé par l’assurance maladie.

Cet accord répond à 3 ambitions :

– une meilleure répartition géographique, avec : 
des dispositifs incitatifs pour encourager l’installation et maintenir l’activité de sages-femmes dans les zones sous-dotées (aides financières jusqu’à 28 000 €, voire 38 000 € pour une première installation), 
le maintien de conventionnement régulé dans les zones sur-dotées (nouvelle installation conditionnée au départ d’un autre professionnel).

– une meilleure valorisation des missions de prévention et de coordination, avec :
l’ouverture aux sages-femmes de la première consultation de contraception et de prévention des maladies sexuellement transmissibles (CCP) valorisée à 46 €, 
la création d’un acte de prévention pour informer les patientes notamment des risques liés au tabac, à la consommation d’alcool, et infectieux, acte à réaliser dès la déclaration de grossesse, et valorisé à 35,28 €,
la poursuite du programme PRADO et la généralisation de l’accompagnement des sorties précoces (dès J2 après accouchement voie basse sans complication).

– une meilleure valorisation des actes pratiqués par les sages-femmes, avec :
l’augmentation des tarifs modificateurs pour une prise en charge en urgence à 40 € pour les dimanches et jours fériés, à 50 € entre 20h et 00h, et à 80 € entre00h et 8h, pour les actes de surveillance du travail et les accouchements,
la revalorisation des actes clés : 25 € pour les consultations, 21 € pour les visites à domicile et les actes de rééducation périnéale, et 43,70 € pour l’observation et la prise en charge d’une grossesse pathologique (63,30 € en cas de grossesse multiple),
l’ouverture aux échographies du petit bassin féminin pour les sages-femmes formées à cette pratique.

Cet avenant est paru au Journal Officiel le 10 août, ainsi les nouveaux actes négociés et les revalorisations tarifaires pourront être côtés à compter du 10 février 2019. Quant au nouveau zonage démographique des sages-femmes libérales, il faudra attendre la publication d’un arrêté ministériel puis de la publication d’une décision de chaque Directeur d’Agence Régionale de Santé (ARS).

L’ensemble du dispositif s’appliquera aux sages-femmes libérales. Pour les établissements de santé, les mesures de prévention et de coordination s’appliqueront après la parution de la réglementation, avec le PLFSS de 2019. Pour les sages-femmes du secteur public, la PPCR devrait s’appliquer en 2019. 
La CFTC demande à la ministre de prendre les dispositions nécessaires pour que les sages-femmes des établissements de santé puissent bénéficier des tarifs modificateurs pour les prises en charge en urgence des surveillances de travail et des accouchements, les dimanches, jours fériés et la nuit.

Au conseil de la CNAM, les représentants CFTC ont suivi avec attention ces travaux et voté favorablement l’avenant. La CFTC y voit pour part les fruits du dernier conflit et c’est une étape importante.

Céline RIQUER, sage-femme à Poitiers.

Communiqué de presse à télécharger 

Votre contact

Jean-Marie Faure 06.16.56.94.20 jmfaure@cftc-santesociaux.fr

 

LA FÉDÉRATION CFTC SANTÉ SOCIAUX, SYNDICAT DE CONSTRUCTION SOCIALE, EST PRÉSENTE TOUS LES JOURS À VOS CÔTÉS POUR DÉFENDRE VOS INTÉRÊTS ET VOUS CONSEILLER DANS VOS DÉMARCHES

Lire la suite

Stop a l ordre infirmier

ORDRE NATIONALE INFIRMIER : NON À L’OBLIGATION DE PAYER POUR TRAVAILLER !

Communiqué de presse, 24 Juillet 2018

La Fédération CFTC Santé-Sociaux prend acte du décret N°2018-596 du 10 juillet 2018 qui oblige les employeurs publics et privés à transmettre à l’ONI la liste des leurs professionnels infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues.

La Fédération CFTC regrette sa publication et ses conséquences pour les professionnels de santé salariés concernés par ce décret :

  • Obligation de payer pour travailler
  • Inscription obligatoire sous peine d’exercice illégal de la profession
  • Contrôle par l’Ordre des questions de formation, de déontologie, de discipline

Le décret signé par La Ministre de la santé fait la part belle à l’Ordre sur le dos des professionnels salariés et de leur pouvoir d’achat.

Pour la CFTC, c’est le diplôme qui fait que vous pouvez exercer votre profession et non le fait de payer une cotisation.

La CFTC a toujours été constante dans son opposition et ce depuis le début. Dès 2006, elle exprimait son opposition sans ambiguïté à la création d’un ordre, contrairement aux positionnements du Gouvernement qui ont varié au fil du temps. Au hasard, nous citerons Madame Touraine qui déclarait le 13 mai 2014 « Je le dis très sincèrement et très fermement : l’Ordre des Infirmiers est un ordre contesté, un ordre sans légitimité, et donc un ordre dont l’avenir est clairement menacé ». Peut-être était-elle sincère ?

La CFTC continuera de dénoncer cette contradiction. Un courrier va être envoyé à la Ministre réclamant l’exonération de la cotisation pour l’ensemble des professionnels qu’ils relèvent de la Fonction Publique ou d’une Convention Collective du sanitaire, du social ou du médico-social.

VOS CONTACTS :

Jean-Marie FAURE, Tél. : 06.16.56.94.20, Courriel : jmfaure@cftc-santesociaux.fr
Patrick MERCIER, Tél. : 06.19.99.35.33, Courriel : pmercier@cftc-santesociaux.fr
Christian CUMIN, Tél. : 06.89.71.65.83, Courriel : ccumin@cftc-santesociaux.fr

Télcharger le communiqué de presse : 

 

Suite à la note d’information de la DGOS du 14 juillet 2018 relative à l’Ordre Infirmier,

le syndicat CFTC santé sociaux Bretagne se joins aux revendications de la fédération CFTC santé sociaux

et adresse un TRACT, à diffuser largement,

et un modèle de lettre, à adresser à vos directeurs.

Tract ordre infirmier 30 07 2018tract-ordre-infirmier-30-07-2018.pdf (882.55 Ko)

Modele de lettre oni cnilmodele-de-lettre-oni-cnil.pdf (217.26 Ko)

Lire la suite

Affiche fonction publique 21

DEUX POIDS DEUX MESURES POUR LES ASSISTANTS SOCIAUX DE LA FPH

Le protocole PPCR prévoyait le passage en catégorie A pour les conseillers en économie sociale et familiale, éducateurs techniques spécialisés, éducateurs de jeunes enfants ou encore assistants socio-éducatifs, ce dont se félicitait la CFTC. En effet, le choix était laissé aux agents de rester en catégorie B ou de passer en catégorie A via le droit d’option déjà utilisé pour d’autres métiers. Prévu en février 2018, ce passage en catégorie A avait été repoussé d’un an, suite au gel du protocole PPCR par le gouvernement.

Le projet de décret concernant les assistants socio-éducatifs (anciennement assistants sociaux) précise dans son article 35 que la catégorie active est purement et simplement supprimée, sans communication préalable aux organisations syndicales afin d’avoir leur positionnement et leurs remarques.

C’est hélas, une fois de plus, l’exemple d’un dialogue social complètement inexistant avec un gouvernement qui impose ses textes sans possibilité d’amendement possible de la part des organisations syndicales de la FPH. Le Conseil Supérieur de la FPH qui devait statuer sur le décret n’a pas eu lieu, faute de quorum et a été reporté de 15 jours.

Si le décret reste en l’état, La situation pour les assistants sociaux éducatifs sera la suivante :
  – Reclassement en catégorie A automatique et obligatoire avec nouvelle grille de rémunérations au 1er février 2019,
  – Suppression de la catégorie active et passage en sédentaire le lendemain de la publication du décret,
  – Passage de la Commission Administrative Paritaire N°5 à la Commission Administrative Paritaire N°2 lors des élections du 6 Décembre 2018,
  – Recul de l’âge de départ en retraite de 57 ans à 62 ans, soit 5 ans de plus,
  – Recul de l’âge limite de 62 ans à 67 ans, soit 5 ans de plus,
  – Les agents qui avaient 57 ans en 2019 et qui comptaient partir en retraite cette même année ne pourront pas le faire et devront attendre 5 ans de plus.
La Fédération CFTC Santé-Sociaux réclame avec force :
  – Que la règle soit la même pour tous les corps concernés par un changement de catégorie,
  – Que le droit d’option soit intégré dans le décret à venir, afin que les assistants sociaux éducatifs puissent choisir entre la catégorie A et B,
  – Que les assistants sociaux éducatifs puissent choisir leur âge de départ en retraite,
  – Que la parole et les engagements passés du gouvernement soient respectés,
  – Qu’un véritable dialogue social reprenne.
Vos contacts
Jean-Marie FAURE 06.16.56.94.20 jmfaure@cftc-santesociaux.fr 
Patrick MERCIER 06.19.99.35.33 pmercier@cftc-santesociaux.fr 
Christian CUMIN 06.89.71.65.83 ccumin@cftc-santesociaux.fr

La Fédération CFTC Santé Sociaux, syndicat de construction sociale.

communiqué de presse 

Lire la suite

CONCERTATION FONCTION PUBLIQUE : VERS UNE DÉMOLITION DU STATUT?

Malgré le rendez-vous salarial manqué du 18 juin, la CFTC a participé le 27 à la séance du groupe de travail organisé dans le cadre du 3ème cycle de concertation visant à refonder le contrat social avec les agents publics sur le thème : Comment faire évoluer la rémunération des agents publics ?

A la lecture du document remis en séance et des objectifs affichés tels que sécuriser le pouvoir d’achat des agents publics tout en intégrant les enjeux de soutenabilité des dépenses publiques ou retrouver des marges de manœuvre pour mieux prendre en compte l’évolution des besoins des services, … la CFTC s’interroge sur l’opportunité de continuer de participer à une concertation à sens unique.

Au-delà de cela, les objectifs affichés par le Gouvernement sont inquiétants, car en totale adéquation avec les préconisations du rapport de la Cour des comptes de Juin 2017 « Améliorer l’efficience des dépenses publiques : des leviers d’action », qui, à partir de la p.140 et au hasard d’une lecture par ailleurs très édifiante, « a critiqué le maquis des régimes indemnitaires », « avait souligné le coût du Supplément Familial de Traitement », avait préconisé « dans sa communication de 2015, de le maintenir (le SFT) que pour les agents qui en bénéficient aujourd’hui et de le supprimer pour l’avenir ». Arrêtons- nous là, la coupe est pleine.

La CFTC a insisté, lors de la séance, sur la contradiction permanente du Gouvernement entre l’objectif affiché et les propositions mises sur la table dans le cadre de cette concertation ;

La CFTC dénonce l’entreprise de démolition de notre Fonction Publique, garante d’une égalité de traitement de l’ensemble des citoyens, même si il est vrai que pour reconstruire, il faut d’abord démolir.

La CFTC rappelle qu’elle reste, surtout face à l’adversité, un syndicat de construction sociale.

Communiqué de presse à télécharger 

Vos contacts
Jean-Marie FAURE 06.16.56.94.20 jmfaure@cftc-santesociaux.fr 
Patrick MERCIER 06.19.99.35.33 pmercier@cftc-santesociaux.fr 
Christian CUMIN 06.89.71.65.83 ccumin@cftc-santesociaux.fr

La Fédération CFTC Santé Sociaux, syndicat de construction sociale,
Est présente tous les jours à vos côtés pour défendre vos intérêts

source: http://www.cftc-santesociaux.fr/concertation-fonction-publique-vers-une-demolition-du-statut/

Affiche fonction publique 21

C'est quoi le CTE ?

« le Comité Technique d’Établissement, espace de concertation de la Fonction Publique Hospitalière »

Le CTE est une instance consultative importante dans nos établissements Hospitaliers ou dans nos Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes.

Ce petit guide CFTC vous en précise le fonctionnement et les attributions. 

Livret à télécharger ici 

source:http://www.cftc-santesociaux.fr/cest-quoi-le-cte/

cftc-sante-sociaux.jpg

GRÈVE EN EHPAD ET SERVICES DE SOINS LE 15 MARS

L’intersyndicale (CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, UNSA, FSU, SOLIDAIRES, FA-FP, UFAS, AD-PA) s’est réunie le 21 Février afin d’organiser au mieux la journée de manifestation du 15 Mars prochain et définir les moyens d’action possibles.
Cette nouvelle journée de manifestation fait suite à celle du 30 Janvier dernier (32% de grévistes) et sera déclinée à la fois dans les départements, les établissements ainsi qu’à Paris pour un rassemblement devant le ministère de la Santé.
Les organisations syndicales représentant la totalité des salariés des secteurs Ehpad publics et privés, les hôpitaux gériatrique, les SSR, ainsi que les services de soins à domicile ont réaffirmé leur volonté de continuer l’action menée face à un gouvernement qui fait la sourde oreille aux légitimes revendications des personnels en souffrance dans la totalité des établissements.
Les points importants rappelés lors de la conférence de presse qui a suivi cette intersyndicale, en présence d’une vingtaine de journaliste, ont été :

  • L’ouverture immédiate de négociations avec les organisations syndicales,
  • Le taux d’encadrement de un pour un (1 agent pour 1 résident),
  • L’augmentation des rémunérations,
  • L’arrêt du nouveau système de facturation,
  • Une demande de rendez-vous auprès de la Ministre de la santé.

Point de vue de la CFTC : et si le problème des EHPAD et des soins à domicile était le temps ….
Le temps de « l’Humanitude »?

Le 30 janvier dernier a eu lieu la première journée de mobilisation pour les Ehpad et les soins à domicile, mouvement qui a résonné partout en France.
Pourquoi une telle mobilisation ?
Tout d’abord et c’est là l’essence même de ce combat, c’est parce que l’on touche à l’une des principales valeurs portées par la CFTC, la famille. Il s’agit de dénoncer ce qui n’a que trop durer : les conditions de travail désastreuses des personnels des Ehpad et des services de soins à domicile et les répercussions catastrophiques sur nos ainés !
Alors oui les soignants ont osé parler de maltraitance institutionnelle car on ne leur permet plus cette bientraitance qui est pourtant la condition sine qua none du métier soignant.

– Comment tolérer encore de ne plus arriver à effectuer les soins de base correctement ? de ne même plus oser prétendre espérer faire de ces moments un accompagnement ? 
– De ne même plus pouvoir proposer des moments d’animation ?

…De ne plus donner du temps au temps pour ceux à qui il en reste si peu …. 
Les personnels sont à bout de souffle, travaillant dans la souffrance, exerçant un métier qu’ils ne reconnaissent plus.
La situation n’est pourtant pas nouvelle ou méconnue des autorités puisque des travaux ont été menés depuis des années dans le cadre du plan dit « solidarité grand âge » de 2007 à 2012. Les préconisations issues de ce plan n’ont jamais été suivies d’effet à ce jour !
La Ministre des solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, avait alors, pour tenter de calmer les esprits certainement, proposé une aide exceptionnelle de 50millions d’euros alors même que les études montrent une nécessité de 200 millions rien que pour remettre les Ehpad à flot (et donc même pas pour commencer à travailler mieux, juste pour absorber le déficit actuel) ce chiffre de 50 millions pose question ….

On ne compte plus les interventions clivantes de Madame la Ministre sur le sujet, pointant d’un côté les bons élèves faisant de la prévention par exemple, supposant une aide que les moins performants ne se verraient pas attribuer. Suggérant par ailleurs que le focus n’était fait que sur les Ehpad en difficulté mais que certaines très modernes allaient très bien.

Mais, Madame la ministre, pour faire de la prévention, encore faut-il en avoir le temps surtout lorsque l’on sait que les personnes âgées accueillies sont de plus en plus dépendantes.
Mais madame la ministre, modernité ne veut pas dire qualité des soins et prise en charge en toute sécurité et en toute humanité.
Et que dire devant l’énoncé, certes timide, d’une réforme qui murmure que les familles sont parties prenantes du financement des hébergements ? 
Simple provocation ou déni manifeste de la situation pourtant criante de vérité ?

Les courriers et les demandes de rendez-vous de l’intersyndicale constituée sont restés sans réponse …. 
Tout ceci n’est plus acceptable pour la CFTC, pour les soignants et les aidants, pour nos ainés les résidents, pour les familles ! 
Les paroles se sont ainsi libérées, pour une prise de conscience collective car il s’agit bien là d’une responsabilité collective, alors faisons en sorte de faire avancer les choses et ne restons pas nous même indifférent !

Nous rappelons les revendications de la CFTC :

– Du personnel en nombre suffisant soit l’application du ratio 1 pour 1, et ce afin de retrouver « l’humanitude » des soins qui est le cœur de notre métier,
– Du personnel suffisamment qualifié avec une reconnaissance statutaire et un accès aux formations tout au long de la carrière ,
– Des organisations adaptées à la vie au travail et aux personnes âgées : respectons la temporalité propre aux personnes de cet âge (rappelons que la moitié des résidents à plus de 87 ans),
La qualité de prise en charge de nos ainés se décline en différentes thématiques et elle doit être à la hauteur de leurs besoins. La CFTC insiste sur la prévention secondaire de ces personnes et rappelle que les moyens peuvent être diverses et variées (jardin thérapeutique, animation, groupe de parole, balnéothérapie, sorties, liens familiaux…),
– La valorisation de l’exercice professionnel auprès des personnes âgées 
– La mise en place d’un financement pérenne et solidaire de l’aide à l’autonomie prenant en compte les besoins humains et donc la fin de l’application de la réforme actuelle de la tarification, avec la fin de l’application des décrets de décembre 2016 visant à réduire les budgets.

La CFTC restera à vos côtés pour défendre vos droits et pour défendre les familles !
Nous ne baisserons pas les bras, nous ne lâcherons rien pour que nos aînés soit respectés, que notre dignité de soignant ne soit plus bafouée !

Manifestons tous ensemble, salariés, familles, retraités
le 15 Mars 2018

Vos contacts
Patrick MERCIER 06.19.99.35.33 pmercier@cftc-santesociaux.fr
Christian CUMIN 06.89.71.65.83 ccumin@cftc-santesociaux.fr

Communiqué à télécharger 

Lire la suite

LA FÉDÉRATION APPELLE À LA MOBILISATION LE 22 MARS 2018

Dans la continuité de la journée d’actions du 10 octobre 2017, la Fédération CFTC Santé Sociaux appelle l’ensemble de ses syndicats et de ses sections à se mobiliser le jeudi 22 mars 2018, sous quelque forme que ce soit (tractage, réunion d’information, grève si besoin…) pour porter les revendications de la CFTC relatives :

  • A son attachement au maintien d’une « Fonction Publique » garantissant au travers de son statut portant « droits et obligations des fonctionnaires », une égalité de traitement et d’accès de l’ensemble des citoyens à un service public de qualité. La CFTC refuse la mise en place d’une France à deux vitesses avec des territoires désertés par la puissance publique et ses représentants (santé, sécurité, justice, collectivités, transports…),
  • Au report de l’application de protocole PPCR, la CFTC ne pouvant accepter que les engagements de l’État ne soient pas respectés,
  • A la valeur du point d’indice de nouveau gelé, après avoir connu un blocage de 2010 à 2017,
  • A la hausse de la CSG dont le rattrapage et le mécanisme de compensation restent assez flou dans sa déclinaison sur les fiches de salaire.

Les premières bilatérales fixant les thèmes visant à transformer l’administration en trois points : améliorer la qualité des services publics, offrir un environnement de travail modernisé aux fonctionnaires, maîtriser les dépenses publiques en optimisant les moyens, se terminent cette semaine.

Dans le cadre des groupes de travail qui vont se mettre en place, la CFTC a rappelé à M. Dussopt, Secrétaire d’État, qu’elle était favorable à la concertation au travers d’un dialogue social de qualité, à partir du moment où celui-ci peut faire évoluer les propositions du gouvernement et dissiper les incertitudes sur les carrières et le devenir des agents.

Redoutant un bouleversement trop rapide, la CFTC reste vigilante dans l’attente de l’ouverture des concertations mais continuera de privilégier la négociation à la contestation.

 

Communiqué de presse à télécharger

 

VOS CONTACTS

Patrick MERCIER, Tél. : 06.19.99.35.33, Courriel : pmercier@cftc-santesociaux.fr

Christian CUMIN, Tél. : 06.89.71.65.83, Courriel : ccumin@cftc-santesociaux.fr

Lire la suite