Syndicat CFTC Santé Sociaux de Bretagne

Stop à la LACHETE et à l’ABANDON de NOS AINES

Cftc sante sociaux 1

Pa logo bandeSolidarite logo

 

Stop à la LACHETE et à l’ABANDON de NOS AINES

Soutenons tous ensemble nos Personnels  

Dans les EHPAD - Services de Gérontologie - SSIAD – USLD - SSR

 

Le jeudi 15 mars 2018 Grève Nationale

 

Familles, Retraités, Personnels TOUS dans la rueDefendon l humain

 

  • Pour défendre une vie meilleure pour nos aînés ...

  • Pour défendre de bonnes conditions de travail et la santé au travail

  • Pour revaloriser l’exercice professionnel des salaires dignes...

 

Toilettes en course contre la montre – douches et shampoings pas le temps – aide à la marche impossible - malnutrition - Pénibilité - Souffrance au travail – Stress : ce sont là pour la plupart des résidents et professionnels, leur quotidien aboutissant aujourd’hui

à une véritable maltraitance institutionnelle organisée

«  C’EST INHUMAIN ET INSUPPORTABLE  »

«  NOUS….CFTC» EXIGEONS :

Le retrait immédiat du décret de décembre 2015 sur les convergences tarifaires à minima entre les établissements qui va supprimer encore plus de postes

Des moyens financiers adaptés et corrects pour tous les établissements  afin de permettre aux personnels de travailler dans des conditions acceptables pour des soins appropriés.

La mise en place d’un financement pérenne et solidaire à l’aide à l’autonomie pour nos aînés avec le ratio d’1 professionnel pour 1 résident (0,6 aujourd’hui)

 

« Ce 15 mars 2018,

 

Adressons tous une carte postale au Président MACRON

 

Et pour le territoire de Rennes, Retrouvons nous

devant la maison de retraite de la Roseraie10h30 (rue st hélier)

et au rassemblement Place de la république (12H)

« Nous résisterons jusqu’à l’obtention de nos propositions »

source pour les panneaux d'affichages syndicaux:Tract cftc ehpad du 15 mars 2018tract-cftc-ehpad-du-15-mars-2018-v4-1-.pdf (229.04 Ko)

carte postale à imprimer et envoyer: 1 carte postale pettition du 15 03 20181-carte-postale-pettition-du-15-03-2018.pdf (563.25 Ko)

 

Lire la suite

APPEL A LA MOBILISATION DU 30 JANVIER 2018 DANS LES EHPAD et les SSIAD

APPEL A LA MOBILISATION DU 30 JANVIER 2018 DANS LES EHPAD et les SSIAD

 

 

Les Unions Départementales Syndicales et les Syndicats Départementaux Santé/Sociaux/Action Sociale FO CFDT CGT UNSA et CFTC réunies le lundi 8 janvier 2018,ont décidé d’appeler les personnels des établissements accueillant des personnes âgées et des services à domicile secteur public et secteur privé à une journée de grève nationale et de mobilisation le mardi 30 janvier 2018.

 

Cette grève a pour objectif d’améliorer l’accompagnement, les services et les soins envers les personnes âgées indissociables de l’amélioration des conditions de travail des professionnels, en exigeant du gouvernement qu’il réponde à nos revendications :

 

Application d’un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Age ;

 

Abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d’application ;

 

Arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et exige par conséquent le maintien de tous les effectifs des EHPAD y compris les contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés ;

 

Amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le cadre du Statut et des conventions collectives nationales ;

 

Les Syndicats Santé/Sociaux CGT, CFDT, FO, UNSA et CFTC

invitent leurs sections à organiser dans chaque établissement, dans le cadre de la grève,

des rassemblements, manifestations. debrayages.

A signer la pétition: https://www.change.org/p/dignit%C3%A9-des-personnes-%C3%A2g%C3%A9es-des-moyens-pour-nos-ehpad

Puis à rejoindre le rassemblement inter-syndical à 15 heure devant la préfecture de Beauregard

 

Dans le cadre de ce mouvement un rendez-vous a été demandé

à la délégation territoriale de l’ARS ,

à Monsieur Le Préfet,

à Monsieur Le Président du Conseil Départemental

Lire la suite

RENNES, 2 septembre 2014 : L’intersyndicale bretonne alerte l’ARS : Soins d’urgence pour l’orthophonie à l’Hôpital

Les représentants de l’intersyndicale créée pour la défense de l’Orthophonie dans la fonction Publique hospitalière, ont été reçus mardi 2 septembre par Mr Pierre BERTRAND , directeur adjoint de l’ARS (agence Régionale de Santé) et Mme Bénédicte SIMON ,directrice adjointe des professions de santé et des cadres en établissement.

Dans le cadre de la revendication nationale, la délégation bretonne a réclamé une ouverture urgente des négociations salariales et statutaires, nécessitée par :

-un niveau de salaire extrêmement bas : 1,06 smic en début de carrière pour un niveau
grade master et 5 ans d’études supérieures.

-- le morcellement des postes, non attractifs en rémunération, ne permettant pas un réel
travail en équipe et un suivi optimal des patients, suscitant ainsi un « turn over » important.

--la suppression des postes d’orthophonie non pourvus, entrainant un accès aux soins inégal
pour les patients selon leur lieu de vie.

Les orthophonistes ont demandé une meilleure prise en compte de leurs compétences et de leur technicité spécifique au service du patient hospitalisé, afin d’optimiser les chances de récupération des patients sur l’ensemble du territoire. Les champs d’intervention des Orthophonistes , professionnels de premier recours, ont été rappelés , notamment leur implication dans les Plan autisme , Plan AVC , Plan Alzheimer , Soins de suite après hospitalisation et chirurgie en ORL et Neurologie , Maintien de la communication, maintien de l’alimentation , Soins en néonatologie, formation aux étudiants et activités de recherche .

Quelques rappels ont été nécessaires : historique de la profession, élargissement de ses champs d’intervention, évolution de la formation initiale reconnue au grade master depuis janvier 2013 . Les représentants de chacune des composantes de l’intersyndicale ont pu exposer la situation particulière des orthophonistes dans leur quotidien professionnel.

Mr Bertrand , directeur adjoint de l’ARS ,a assuré qu’il rendrait compte au ministère des
tenants de cette réunion , en insistant sur 3 aspects :

-Le Contexte (historique professionnel et spécificité de l’exercice) : activité très diversifiée ,
technicité des postes , plans de santé publique.

--Le Constat : postes vacants , postes morcelés , turn-over, suppressions de postes

--Revendications : Salaires correspondant au cadre A avec un niveau grade master, une
seule grille pour tous les orthophonistes, création de postes d’orthophonistes favorisant un
égal accès aux soins pour les patients.

L’intersyndicale bretonne restera très vigilante à l’avancée de ce dossier de santé publique.

CFTC
Yves BOUDAN
cftc@ch-vitre.fr 06 09 50 98 63 cftcsante35@orange.fr

Lire la suite

Je suis sage-femme : avec ses annonces, Marisol Touraine se moque de nous !

Je suis sage-femme : avec ses annonces, Marisol Touraine se moque de nous !

Observateur le Plus :Publié le 04-03-2014 à 17h52 - Modifié à 17h53

1 réaction | 14599 lu

 Temps de lecture : 3 minutes

Lenaig

Par Lénaïg Macé

Sage-femme CFTC( hôpital de Vitré)

LE PLUS. En réponse au mouvement de grève porté par les sages-femmes depuis plusieurs mois, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé ce mardi matin une série "d'avancées sans précédent pour la profession". Des "petits arrangements entre amis" que dénonce notre contributrice Lénaïg Macé, membre du Collectif des sages-femmes.

Édité par Yoann Labroux-Satabin  Auteur parrainé par Rozenn Le Carboulec

Mariesoletouraine

 

La ministre de la Santé Marisol Touraine en visite à l'hôpital d'Avicenne à Bobigny le 31 décembre 2012 (A.WILLIAM/SIPA). 

Aujourd’hui, la ministre de la Santé a annoncé en conférence de presse "une grande avancée pour la profession de sage-femme". 

Un discours très bien préparé, qui a donné aux médias l’illusion d’un programme bienveillant et correspondant aux revendications portées par une profession en grève depuis plus de 4 mois

On nous reconnait un statut médical...sans en tirer les conséquences

 Les sages-femmes souffrent depuis plus de 30 ans d’un manque de reconnaissance, d’un manque de visibilité. Que leur offre donc aujourd’hui Mme Touraine ?

Un statut médical de sage-femme des hôpitaux, c'est-à-dire un "truc" tout nouveau, dont on ne sait absolument pas ce qu’il contiendra, si ce n’est le mot "médical", pour essayer de calmer la profession > Mais on ne veut toujours pas nous mettre dans la même case que les autres professions médicales…tout en concédant nos points communs : plus de gestion par des cadres paramédicaux, davantage de participation aux projets médicaux des établissements, reconnaissance des actes effectués par les sages-femmes. 

Pourquoi s’entêter à ne pas respecter le Code de la santé publique, dans lequel est bien écrit noir sur blanc que le métier de sage-femme est une profession médicale au même titre que celui de médecin, chirurgien dentiste et pharmacien ? Le statut de praticien hospitalier, demandé par la profession, n’est pas un statut de médecin, mais un statut de profession médicale !

Une valorisation des compétences des sages-femmes, passant par une campagne de communication auprès du public et des autres professionnels de santé. Il était temps. > Nous veillerons à ce que ce soit fait. Car la promesse d’une telle communication nous a été faite il y a déjà presque 10 ans, et nous l’attendons toujours…

La création possible d’unités fonctionnelles gérées par des sages-femmes, au sein des hôpitaux, pour les grossesses et accouchements à bas risques. Seulement si le projet médical le prévoit. Après validation par la Commission Médicale d’établissement. Donc encore et toujours sous la tutelle des médecins. > L’autonomie et l’indépendance des sages-femmes est encore une fois niée ! Là aussi, le Code de déontologie des sages-femmes est clair, mais la Ministre s’entête à ne pas le voir !

Nous ne sommes pas dupes : nous savons que face aux médias, le ministère valide la création d'unités physiologiques, mais dans le même temps, les conseillers de la Ministre rassurent les médecins sur la très faible probabilité de leur mise en œuvre !

Des avancées pour les étudiants sages-femmes, avec alignement de leur rémunération sur celui des étudiants en médecine : bien ! Parfois on nous met dans la bonne case, quand même…

Mais aucune décision concernant l’enseignement et l’universitarisation des études> Toujours pas de statut pour les enseignantes, qui ont à l’heure actuelle la situation la plus précaire de la profession ! Notre formation initiale à l'université ne pourra pas évoluer vers l'autonomie tant attendue par toute la profession, du fait de l'absence de statut des enseignantes…

Enfin, la Ministre s’est engagée à ce que des revalorisations salariales démarrent au plus vite. Au sein de la fonction publique hospitalière (FPH). > Et nous savons que tant que notre profession sera contenue dans la FPH, le niveau de grille proposé risque de ne pas être à la hauteur de nos compétences et de nos responsabilités (notamment pénales, qui elles, sont bien reconnues par les tribunaux et assureurs !), et bien sûr, de nos attentes.

Face aux pressions, le mouvement doit continuer

Ces annonces montrent clairement un défaut de prise de position tranchée face aux pressions que les sages-femmes subissent depuis le début de leur mouvement.

Que doit la ministre aux médecins ?

Que doit-elle aux organisations syndicales - hormis la CFTC qui seule a compris et suivi les revendications de la profession ?

Pourquoi se plier à ce que ces derniers demandent, sans tenir compte de la légitimité des revendications de toute une profession  

Tout cela montre bien la partialité du ministère lors des groupes de travail, régulièrement dénoncée par le collectif des sages-femmes.

Madame Touraine, nous ne sommes pas à vendre!

On n’achète pas une profession. Nous ne sommes pas à vendre. Et depuis 4 mois nous avons appris à ne pas nous taire. Les réactions publiées ce matin sur les réseaux sociaux laissent bien entendre que la profession ne va pas s’arrêter là.

Marisol Touraine, aujourd’hui, a entériné l’injustice faite aux sages-femmes.

Une assemblée générale est prévue demain à 20h pour décider de la suite du mouvement. La grève continue et cette fois, la colère porte un nom : Marisol Touraine !

Madame la ministre : en vous moquant aussi triomphalement des sages-femmes, c'est toutes les femmes que vous humiliez ! Attention à ne pas nous sous-estimer..

 

Actualité Section Aspanord

Toute l'actualité de la section Aspanord